Quels que soient les processus de fabrication, d’assemblage ou de conditionnement dans l’industrie, il est nécessaire de pouvoir identifier à la fois les produits en entrée comme en sortie d’un atelier ou d’un entrepôt pour organiser le fonctionnement efficace d’une structure industrielle.

Qu’est-ce que la traçabilité industrielle ?

Quel que soit le secteur industriel concerné les besoins d’information sur l’origine et la provenance des produits ne cessent se renforcer depuis plusieurs décennies. Sous l’influence d’une double évolution conjuguant internationalisation des échanges économiques et développement de la sous-traitance, la maîtrise de la qualité finale d’un produit dépend d’un nombre de croissant d’acteurs industriels.

En effet chaque composant, chaque pièce détachée ou chaque lot de matière première doit être traçable afin d’identifier l’origine des problèmes de qualité rencontrés sur des lots de produits. Cela est possible grâce à des outils permettant de gérer les très nombreuses données issues d’une supply chain complexe et d’un pilotage complexe des stocks.

Quelle sont les méthodes de traçabilité industrielle ?

Les technologies utilisées dans les différents secteurs industriels sont à la fois fonction : de leurs besoins plus ou moins précis de tracking des produits, du nombre de leurs fournisseurs de matière première ainsi que de leur maîtrise des technologies dédiées.

Les code-barres

Le code-barres est à ce jour le processus le plus utilisé en raison de sa simplicité d’utilisation et du coût très modique de son déploiement. Il est notamment utilisé dans les secteurs industriels réalisant des productions à faible coût ou à faible valeur ajoutée. Le code-barre est également très utilisé dans le commerce (grande distribution, magasins franchisés, e-commerce…) et dans le secteur de la logistique pour permettre d’assurer le tracing de chaque colis.

La succession de lignes d’épaisseurs variables du code-barre correspond à une suite de chiffres qui scanné par un lecteur optique équipé d’un logiciel permettant d’afficher une certain nombre de données. Cependant le suivi ainsi déployé est limité car il n’est pas possible d’ajouter des informations complémentaires sur l’étiquette déjà installée sur le produit par une machine ou par un opérateur.

Les codes Data-Matrix

Véritable code-barre à deux dimensions, le code Data-Matrix est plus connu sous le nom d’une de ses applications récentes : le flashcode ou QR Code. Son utilisation croissante est principalement liée au fort développement de l’utilisation de smartphones dotés de caméras, permettant de lire ainsi facilement les étiquettes Data-Matrix apposées sur les produits ou sur les emballages.

Les flashcodes permettent de stocker des informations représentant plusieurs milliers de caractères tandis que le traditionnel code-barre ne permettait d’en sauvegarder que 10 à 13.

Cependant les QR-Codes ont deux inconvénients :

  • Ils ne sont ni modifiables ni corrigeables une fois imprimés,
  • Ils ne peuvent êtres utilisés avec un lecteur optique simple par un opérateur mais nécessitent d’utilisation d’un logiciel de capture vidéo.

La Radio-identification

Cette technologie permet d’assurer le suivi d’un grand nombre d’objets ou de produits grâce à des réseaux de lecteurs fixes ou mobiles enregistrant les différentes étapes lors des transferts successifs.

De plus en plus utilisée dans l’industrie cette technologie permet, pour les produits à forte valeur ajoutée, d’enregistrer sur les puces RFID, les différentes opérations de fabrication et/ou d’assemblage qui ont été réalisées. En effet chaque produit étant doté d’une puce, son passage a proximité d’une station lectrice-émettrice permet d’enregistrer des données sur les interventions réalisées. De même en fin de chaîne de fabrication ou de conditionnement, une station RFID peut enregistrer, sur la puce d’identité du produit, les données relatives à sa future destination, à ses conditions de conservation ou de mise en oeuvre.

Cette technologie est d’autant plus efficace en terme de traçabilité que les données sont transférés par ondes, il est possible en fonction de la fréquence d’émettre un signal pouvant porter jusqu’à plusieurs dizaines de mètres. De plus les ondes électromagnétiques pouvant traverser des matériaux tels le carton et le plastique d’emballage, le suivi est ainsi assuré pour des produits déjà emballés voire conditionnés en lots.

Quels sont les enjeux de la traçabilité dans l’industrie ?

La qualité constante des opérations de fabrication est un condition indispensable à la pérennité des entreprises industrielles en raison d’une très forte concurrence nationale et international. Il est donc nécessaire de disposer d’outils permettant d’assurer:

  • Le suivi des contrôles qualité effectués par le service spécialisé au sein de l’usine ou de l’atelier,
  • La traçabilité des intrants (matières premières, pièces détachées, composants…) nécessaires aux différents étapes de fabrication.

De par sa souplesse d’utilisation et son triptyque puces-lecteurs-logiciel, la technologie de radio-identification permet d’assurer ce double suivi des fournitures et de la production. Relativement simple à déployer et à mettre en oeuvre, elle permet d’identifier rapidement les problèmes de qualité, donc de réduire à la fois le temps d’arrêt d’une chaîne de production et de limiter la quantité des fabrications qui vont finir en déchets.

L’utilisation dans l’industrie du luxe

Très développée dans le secteur du luxe, la contrefaçon est double facteur de perte de ventes potentielles et de dégradation de l’image de marque des entreprises spécialisées.

Grâce au numéro d’identité unique attribué via la puce RFID à l’emballage ou au produit lui même, il est possible pour les distributeurs ou pour les consommateurs de vérifier l’authenticité de leurs acquisitions en effectuant une simple connexion à la base de données du producteurs.

Cette méthode est de plus en plus utilisée dans le domaine du luxe pour lutter contre la contrefaçon et les atteintes au droit des marques.

L’utilisation dans le domaine agroalimentaire

Les crises sanitaires et les scandales industriels des dernières décennies dans le secteur agroalimentaire ont entraîné à la fois une forte demande de transparence de la part des consommateurs et un durcissement de la réglementation et des normes relatifs au suivi des produits alimentaires dans les stocks.

Des systèmes d’identification basés uniquement sur le mode de fabrication existaient déjà dans de nombreuses entreprises afin de permettre le rappel de lots non conformes. Cependant ces systèmes se sont avérés insuffisants par rapport aux nouveaux besoins de traçabilité à la fois en ce qui concerne les matières premières et pour ce qui concerne les conditions de stockage après la production.

L’utilisation d’étiquette de radio-identification apposées sur les emballages des matières premières agricoles végétales ou sur les équipements d’abattage et de transformation des animaux permettent d’assurer la traçabilité amont. Pour assurer de bonnes conditions de conservation des lots de produits frais et de surgelés (respect des normes et de la durée de vie), l’utilisation de tags Beacon comportant également un capteur de température ou de durée de vie est très efficace.

Qu’est ce qu’un numéro de lot ?

Dans l’industrie les articles sont fréquemment regroupés en lots en fonction de caractéristiques communes relatives soit à leur nature, soit à leur date de fabrication, soit à leur destination.

Se présentant sous forme d’une suite de chiffres ou de lettres, les numéros de lots sont maintenant directement intégrés sur les puces RFID afin de permettre d’assurer leur suivi sur le site du fabricant comme dans les plateformes logistiques des transporteurs ou dans les entrepôts des distributeurs.